Fermer

Les dauphins

1 - PREAMBULE

Imaginez-vous dans un lagon turquoise, nager dans une mer chaude, peu profonde, translucide et porteuse d’une énergie bienveillant. Laissez votre regard se poser sur la magie des lieux, sur cet infiniment beau, sur cet infiniment pur, simplement bercé par l’ondulation des vagues. Sur fonds de décors, un splendide désert montagneux et Râ pour unique gardien des lieux.

Ressentez la caresse de cette eau bienfaisante sur votre peau, et tout à votre rythme, vous évoluez à la découverte de cet espace, des couleurs, des habitants surprises et paisibles de ces récifs coralliens. Soudain, vous entendez un son que vous n’avez peut-être jamais entendu mais que vous reconnaîtriez entre tous, un véritable chant mélodieux qui vous transperce de bonheur. Vous ne les voyez pas encore mais vous savez qu’ils sont là, que depuis le premier instant, vous baignez dans leur univers, dans leur énergie sacrée. Quand tout à coup, vous apercevez une forme au loin. Un groupe de dauphins s’approche et apparait juste en dessous de vous, ils sont tellement beaux avec leurs dégradés de couleur que l’on pourrait croire qu’ils ont été peints au pinceau.

Quand lentement, ils remontent à la surface pour respirer, un dauphin se détache du groupe et s’approche en toute confiance, tout en douceur près de vous. Vous n’en croyez pas vos yeux, là, dans cette immensité bleue, en toute liberté, cet ange de la mer vient vers vous comme pour vous observer, vous saluer, vous accueillir. A l’instant précis où son regard se plonge dans le vôtre, le temps n’a plus d’emprise, votre mental s’arrête, vos éventuelles peurs se volatilisent, vous entrez dans un état de réceptivité totale, d’accueil complet de ce qui est et de ce qui se vit. Vous ressentez cet immense élan d’Amour, de compassion, de respect, de liberté vous ramener au coeur de vous-même.

“Vous venez de faire une expérience magique, une rencontre unique. Vous venez de faire d’un rêve, une réalité”

2 - LE DAUPHIN

Qu\'est ce qu\'un dauphin ?

Le mot dauphin vient du grec « delphis » qui veut dire esprit de la mer. C\'est un terme générique qui ne définit pas une espèce en particulier mais plus d\'une trentaine d\'espèces différentes qui appartiennent aux mammifères marins. Le dauphin est un mammifère marin ayant des dents et un long rostre.

Vous avez dit mammifère marin ? Et oui, le dauphin est un mammifère dont la vie est entièrement dépendante de l\'eau. Tous les mammifères, qu\'ils soient marins ou terrestres, ont en commun : la respiration aérienne, l\'allaitement des petits, le sang chaud et la présence de poils à un moment de leur vie. On retrouve chez les mammifères marins des animaux aussi différents que les baleines, les dauphins, les phoques, les dugongs et, plus étonnant encore, l\'ours polaire et la loutre marine. Le dauphin appartient à l\'ordre des cétacés du grec « kètos » qui veut dire gros poisson de mer.

Combien d’espèces de dauphins existent-ils ? Les dauphins représentent à eux seuls plus de 30 espèces de tailles et de formes très diverses. On peut le croiser dans pratiquement tous les océans et même dans certains fleuves. Qu\'il soit petit ou grand, gris ou rose, sa gentillesse et sa nature pacifique en font un animal hors du commun, qui fait preuve de facultés d\'adaptation anatomique, comportementale et organisationnelle exceptionnelles. Ces caractéristiques sont aussi ses faiblesses vis à vis des menaces qui pèsent sur lui.

Les origines du dauphin :

Les dauphins présentent l\'originalité d\'avoir pour ancêtre un mammifère terrestre, un ongulé (animal qui marche toujours sur l\'extrémité de ses doigts, terminés par des ongles très épais, les sabots). Les descendants de cet ancêtre se sont progressivement adaptés à la vie aquatique donnant, dans un premier temps, des animaux amphibies, puis des animaux parfaitement équipés pour une vie strictement aquatique. Il a fallu plus de 50 millions d\'années pour que l\'ancêtre terrestre s\'adapte à la vie marine et ressemble, enfin, à un dauphin.

Le corps :

le dauphin avec son corps hydrodynamique est parfaitement adapté à la vie aquatique.

  • Afin de faciliter leur déplacement dans l\'eau, le corps est en forme de torpille et toutes les parties saillantes ont disparu.

  • Le pavillon auditif est inexistant et le canal auditif se présente comme un simple trou d\'aiguille sur le côté de la tête.

  • Les mamelons sont placés au fond d\'une fente et ne font saillie que lors de l\'allaitement.

  • Chez le mâle, sauf pendant l\'érection, le pénis est complètement rétracté à l\'intérieur du corps.

Des nageoires performantes : les dauphins sont contraints de venir respirer régulièrement à la surface. Par conséquent, leurs déplacements s\'effectuent principalement de bas en haut, et inversement.

  • La nageoire caudale horizontale est l\'outil idéal pour ces mouvements, puisqu\'elle sert à la propulsion.
  • Les nageoires pectorales jouent, quant à elles, un rôle essentiel dans la stabilisation et l\'orientation.
  • Enfin, l\'aileron dorsal sert, lui aussi, de stabilisateur

Une peau à géométrie variable : pour faciliter la nage, la peau des dauphins a perdu sa pilosité pour devenir lisse et glissante. Elle est constituée d\'un épiderme lisse et élastique et d\'un derme parcouru de nombreux orifices, afin d\'éviter la formation de tourbillons ou de turbulences pouvant freiner les déplacements. De plus, les cellules de la peau sécrètent de minuscules gouttes d\'huile, véritable lubrifiant qui permet aux dauphins de mieux glisser dans l\'eau. Cependant, toutes ces particularités n\'expliquent pas, à elles seules, les extraordinaires pointes de vitesse des dauphins, capables de nager à plus de 50 km/h ! A ce jour, l\'homme ne parvient pas à expliquer une telle performance (à titre de comparaison, un champion olympique atteint péniblement les 10 km/h).

L\'alimentation du dauphin :

Les dauphins sont des carnivores à dents ; celles-ci sont toutes identiques. Ce sont leurs dents définitives, ils n\'ont pas de dents de lait. Cependant, ils ne mâchent pas leurs proies. Leurs dents servent donc uniquement à les attraper ou à les retenir, au mieux à les débiter en gros morceaux.
Les dauphins consomment des poissons et céphalopodes, ainsi que des crustacés et des coquillages.

La perception du dauphin :

les sens du dauphin sont autant d\'outils précieux pour analyser son environnement et communiquer.

L\'olfaction - L\'odorat : le système olfactif a pratiquement disparu chez le dauphin. L\'odorat est quasi inexistant. Cela pourrait s\'expliquer par le fait que leurs proies n\'ont aucune odeur.

Le goût : par contre, la perception du goût est très développée chez le dauphin, ce qui lui permet de récolter des informations sur la qualité de l\'eau, sur les proies qui l\'environnent, sur la réceptivité sexuelle de ses congénères, sur les signaux d\'alarme, etc.

Le toucher : la peau du dauphin est très sensible, elle joue un rôle important dans la communication et la cohésion du groupe. Selon l\'endroit sollicité et sa vigueur, un contact peut signifier l\'affiliation ou indiquer une agression ou la colère. Les attouchements font partie intégrante du quotidien des dauphins.

La vue : le dauphin a une excellente vue. Il voit aussi bien sous l\'eau que dans l\'air. Ainsi, il n\'est pas rare de voir les dauphins se tenir verticalement dans l\'eau, la tête sortie en position « d\'espionnage ».

L\'ouïe : la mer est un monde de bruits et pour y faire face, le dauphin est très bien armé: l\'ouïe est le sens le plus développé et le plus spécialisé chez le dauphin. Pour pouvoir localiser l\'origine des sons, les deux oreilles sont isolées l\'une de l\'autre et du crâne, ce qui joue un rôle d\'amplificateur. L\'ouïe est directement liée au sixième sens des dauphins qui est l\'écholocation. Toujours dans le but de préserver l\'hydrodynamisme, les oreilles des cétacés ne sont pas apparentes, même l\'orifice est réduit à un trou minuscule.

L\'écholocation : le dauphin est doté d\'un attribut particulier : le sonar qui lui permet de se guider par un système d\'écholocation. C\'est au cours de la seconde guerre mondiale que l\'on s\'est rendu compte de la capacité des cétacés à émettre des ultrasons. En effet, les pilotes des sous-marins américains ne comprenaient pas pourquoi leurs sonars étaient perturbés par des émissions ultrasonores ne provenant pas de l\'ennemi. Les dauphins étaient, en fait, les responsables de ce phénomène. Le sonar comment ça marche ? Le dauphin émet un faisceau d\'ondes sonores à hautes fréquences en direction d\'un objet, d\'un individu, d\'une masse quelconque, etc. Les ondes rebondissent contre cette cible, puis reviennent vers la mâchoire, laquelle sert d\'antenne réceptrice. Ces ondes se propagent jusqu\'à l\'oreille interne. De là, les informations sont transmises au cerveau qui les analyse et qui en élabore une image mentale.

Grâce à cette fonction (car, attention, le sonar n\'est pas un organe !) les dauphins seraient capables de percevoir l\'intérieur du corps de leurs congénères et celui d\'autres individus, y compris les hommes...

Le langage :

on peut séparer les ondes acoustiques émises par les dauphins en deux grands groupes : les sifflements, utilisés pour communiquer, et les clics servant à l’écholocation. Le langage des dauphins est mal connu et semble complexe. Tout au plus peut on dire qu’il présente de grandes variations en fonction du groupe de dauphins étudié et des individus. Les sifflements sont bien localisés en fréquence et se situent plutôt dans les ultrasons (< 25 kHz). L’utilisation des clics est mieux comprise. Ce sont des signaux très brefs (quelques dizaines de microsecondes) et donc répartis sur une large bande spectrale (la largeur de bande à 3 dB est typiquement d’une cinquantaine de kHz). Utilisés pour l’écholocation, ils sont généralement émis par groupes (trains de clics) ; ils peuvent également être émis seuls pour communiquer. Plus le dauphin se rapproche de sa proie, plus le train de clics est rapide ; la résolution maximale que peut traiter le cerveau du dauphin est de 600 clics/s.

Le cerveau du dauphin :

la taille du cerveau des cétacés est importante. Celui du dauphin pèse en moyenne 1,8 kg (celui de l’Homme pèse 1,5 kg). Sa structure complexe est celle d’un animal qui pense. Sa grande capacité d’adaptation, sa rapidité à analyser et à résoudre les problèmes, ses méthodes de chasse, ne laissent aucun doute sur une forme d’intelligence. Mais, notre compréhension des structures cérébrales est aujourd’hui encore insuffisante pour mesurer tout son potentiel. En revanche, nous savons que plus le rapport entre le volume du cerveau et la surface du corps est élevé, plus la capacité d’intelligence et d’apprentissage est développée. Ce coefficient est de 5,6 chez le grand dauphin, de 7,4 chez l’Homme et de 2,5 chez le chimpanzé.

La reproduction :

Mâle ou femelle ? : le corps des cétacés ne permet pas de distinguer les différences sexuelles externes. Les organes génitaux sont en effet contenus à l\'intérieur du corps, afin de ne pas présenter de résistance pendant la nage. Différencier mâle et femelle est donc difficile.

L\'accouplement : le comportement sexuel des dauphins est très sophistiqué et étroitement lié au système d\'intégration sociale dans un groupe. Le dauphin ne forme pas de couple permanent.

Chez le grand dauphin, par exemple, les mâles réalisent des coalitions ou des équipes de deux ou trois individus, afin de monopoliser une femelle et de s\'accoupler avec elle. L\'accouplement a lieu ventre contre ventre.

La femelle n\'a pas d’office de jeune dès qu\'elle atteint la maturité sexuelle (entre 6 et 10 ans). En effet, elle doit encore assister pendant quelques années d\'autres femelles pour apprendre à éduquer les jeunes.

Les mâles sont sexuellement actifs toute l\'année. Les femelles le sont aussi mais leur réceptivité n\'est pas permanente.

La gestation et la naissance : la gestation de la femelle dure environ 12 mois. Cette durée varie légèrement selon les espèces. Au terme de cette période, un seul petit est mis au monde. Comme chez tous les mammifères, le petit cétacé se développe dans l\'utérus de sa mère. La femelle le nourrit via le placenta.

Sur le plan social, il semble que les femelles gestantes voient leur statut évoluer et prendre de l\'importance. Elles sont généralement accompagnées d\'une autre femelle pendant toute cette période. Cette « marraine » assistera la future mère au moment de l\'accouchement et, souvent, contribuera à la protection du petit jusqu\'à sa complète autonomie.

Contrairement aux mammifères terrestres, le jeune a une position fœtale inversée et pointe donc le bout de sa queue en premier. La naissance par la nageoire caudale en premier est en fait assez logique : la mise bas s\'effectuant dans l\'eau, cette position permet au petit de ne pas se noyer au moment de l\'expulsion. Une fois dehors, le cordon ombilical se détache tout seul et la mère emmène de suite son petit respirer à la surface.

L\'allaitement : la première tétée a lieu quelques heures plus tard. Le rythme des tétées va diminuer au cours du temps pour arriver aux alentours de 2 fois par jour et ce pendant 12 à 18 mois. Pour allaiter, la mère se met un peu sur le côté et le petit saisit le mamelon. Dépourvu de lèvre, le jeune est incapable de téter, c\'est donc la mère qui contracte ses muscles et le lait, de consistance crémeuse, gicle dans la bouche du petit.

La mort chez le dauphin :

Lorsque l’heure est venue, le mourant est soutenu et soulevé pour qu’il respire. Les dauphins prennent soin de leurs blessés et de leurs mourants, ce qui est exceptionnel dans le monde animal. Il semblerait que les dauphins possèdent un culte des morts, qu’ils connaissent le concept de mort, le comprennent et vont même jusqu’à effectuer une « cérémonie » funéraire. Des chercheurs auraient constaté que des dauphins semblaient avoir déterminé l’origine de la mort d’un de leur petit et en « discutaient » ensemble.

La vie du dauphin avec ses congénères :

Le dauphin est un animal social qui vit avec ses congénères en groupe, parfois composé de plusieurs centaines d\'individus mâles, femelles et jeunes. Il occupe ses journées à manger, dormir et jouer. Les dauphins vivent en communauté : dans le cas précis du grand dauphin, on remarque que les femelles tendent à rester avec leurs mères, tandis que les mâles quittent le groupe au moment de la puberté. Avant de partir, ils se mettent généralement en binôme avec d\'autres mâles issus de la même bande. Ils entretiennent alors entre eux des liens très forts au point d\'être quasi-inséparables. Ce type d\'association, très stable, peut perdurer le temps d\'une vie. La communication sonore est très importante pour la cohésion du groupe. Elle s\'effectue par les sons, tels que les sifflements qui constituent le langage par excellence des dauphins. Certains individus émettent des sons qui sont propres à chaque espèce, voire même à chaque population : on parle alors de dialecte. Mais la communication s\'effectue aussi beaucoup par le toucher. Qu\'ils voyagent, se reposent ou jouent, les dauphins sont souvent en contact les uns des autres. Des individus solitaires, pourquoi ? Malgré les avantages de la vie collective, certains dauphins mènent une existence solitaire. Cet isolement reste inexpliqué ; il peut être soit volontaire, accidentel ou pathologique. Ces dauphins portent le nom de « dauphins solitaires » ou, de « dauphins ambassadeurs ».

Le dauphin et les hommes :

Un peu d’histoire : depuis l\'antiquité, les dauphins sont les stars de la mythologie, de la littérature et plus récemment du cinéma et des dessins animés. L\'homme voue une admiration sans borne aux dauphins. Gentils, intelligents, les dauphins sont considérés comme l\'égal de l\'homme ou comme un compagnon joueur et bienveillant qui, parfois, nous sauve de la noyade. Mais n\'est-ce pas là des idées reçues, teintées d\'anthropomorphisme, qui servent les intérêts des hommes ? En effet, il est étonnant de remarquer qu\'avec toute l\'admiration que nous avons pour les dauphins nous ne sommes pas en mesure de les préserver comme il se doit. La mythologie grecque fait fréquemment allusion à des dauphins. Ils apparaissent dans des textes mais aussi sur des fresques dès le XVe siècle av. J. C.

La coopération entre l\'homme et les dauphins : les premiers récits de dauphins aidant l\'homme pour la pêche datent de Pline l\'ancien. Ces coopérations existent toujours. Dans différentes océans du globe les dauphins acculent les poissons et signalent aux pêcheurs quand lancer leur épervier. Les dauphins y trouvent leur intérêt puisqu\'ils peuvent facilement récupérer les poissons non capturés. Grâce à cette coopération, hommes et dauphins y trouvent largement leur compte.

Les menaces :

les dauphins partagent leur environnement avec l\'homme, présent le long de la côte, mais aussi au large lorsqu\'il pratique des activités de pêche et de navigation.
Cette présence humaine a des conséquences pour la survie des espèces marines.

Les produits chimiques : les dauphins sont particulièrement touchés par la pollution chimique ; ce sont des prédateurs supérieurs car ils sont au sommet de la chaîne alimentaire. Les polluants s\'accumulent tout au long de cette chaîne; les proies dont ils se nourrissent sont donc, à ce stade, déjà grandement contaminées. Les polluants ainsi accumulés par les dauphins provoquent des effets néfastes sur leur système immunitaire et leur fécondité.

Les nuisances sonores : Pour les dauphins le son est vital car indispensable pour se déplacer, communiquer et se nourrir. Par conséquent, le bruit peut les déranger, interférer dans leurs activités, leur causer des lésions, voire même s\'avérer mortel. Les principales sources de bruit en mer sont : le trafic maritime, la prospection océanographique, les entraînements et essais militaires, les chantiers sur le rivage.

Les captures accidentelles : une part importante des animaux retrouvés morts présente des blessures externes qui correspondent à celles causées par des filets de pêche (pêche au chalut pélagique et filet maillant).

Les déchets solides : ces déchets peuvent être dangereux pour les dauphins car ils peuvent causer d\'importantes blessures et, parfois même, la mort, chez les animaux qui s\'y empêtrent ou les avalent. Environ 80% des débris marins seraient d\'origine terrestre, tandis que les 20% restants seraient produits lors d\'activités en mer. Ils sont essentiellement constitués de matières plastiques et synthétiques. (Sacs plastiques, mégots de cigarettes, ballons de baudruche, cordages, morceaux de filets, emballages de produits alimentaires, etc.).

La captivité : depuis de nombreuses années, les cétacés sont capturés en mer et maintenus en captivité pour amuser le grand public, faire des recherches ou, plus récemment, en vue de contacts « thérapeutiques » rapprochés avec des êtres humains. Maintenir en captivité des cétacés qui, dans leur environnement naturel, parcourent des kilomètres par jour est une atrocité. Des méthodes de capture au transport jusqu’au confinement, tout cela constitue des actes de barbarie. Leur espérance de vie normalement importante se réduit à quelques années en captivité. Nous ne pouvons que vous recommander de ne pas fréquenter les delphinariums. Les cétacés en captivité sont gavés d’antibiotique et meurent très précocement. Certains dauphins vont même jusqu’à se suicider.

Petit résumé en chiffres :

1 = 1 seul petit à la fois 2 = l’âge autour duquel le delphineau est sevré 6 = le dauphin peut sauter jusque 6 mètres de haut 8 = le dauphin mange en moyenne 8kg de nourriture par jour 18 = le dauphin peut allaiter son petit jusque 18 mois 36 = la température moyenne du dauphin 50 = le nombre d ‘années moyennes que vit un dauphin à l’état sauvage 80 = la taille moyenne en cm du dauphin à la naissance 100 = le dauphin peut parcourir jusqu’à 100kms par jour 200 = le dauphin est capable de plonger à 200 mètres de profondeur 250 = le nombre de dents du dauphin qui a le plus de dents (le Stenella longirostris) 360 = la période de gestation du dauphin peut durer jusqu’à 360 jours

Sources : www.echodudauphin.com - Wikipedia – Encyclopédie Larousse en ligne

La rencontre

1 - NOTRE APPROCHE : UNE RENCONTRE RESPECTUEUSE ET EN CONSCIENCE

Turquoise & Améthyste propose exclusivement des rencontres avec les dauphins libres. Notre priorité est une rencontre respectueuse. Nous faisons particulièrement attention à ne pas être intrusif. En fonction de leurs activités, les dauphins sont plus ou moins désireux de notre présence et il est important de respecter cela. Nous n’allons pas systématiquement à l’eau. Nous n’insistons pas lorsque qu’ils ne sont pas disponibles. Il est tout aussi magique de les observer du bateau. Nous apprenons à les observer … dorment-ils ? Si c’est le cas, nous évitons de les déranger et de faire des gestes brusques et du bruit. Soit nous les observons du bateau, soit nous les accompagnons en nous mettant nous-même en état de médiation intérieure. Les dauphins nous montrent très clairement s’ils sont en mode « interaction et envie de jouer » … ils viennent littéralement nous chercher et interagissent très volontiers.

Les bienfaits de la rencontre humain – dauphin : Aller à la rencontre des dauphins est une expérience exceptionnelle. Les dauphins qui symbolisent la joie, le jeu, l’enfance, la spontanéité, la grâce éveillent en nous des émotions fortes qui nous amène dans un voyage intérieur à la découverte ou redécouverte de soi-même. Ils nous touchent en plein cœur et nous ouvre à notre potentiel créateur qui est infini. Il nous reconnecte à l’enthousiasme et la joie de l’enfant et à sa nature profonde.

Quand le regard du dauphin plonge dans le vôtre, il vous ramène, en effet miroir, à l’intérieur de vous. Cette expérience vous ramène à votre potentiel de création qui est infini, à vos forces, à votre amour …

De nombreuses recherches sont menées sur les dauphins et sur les effets positifs sur l’homme. De nombreuses théories ont été avancées concernant le «potentiel » des dauphins à soigner l’homme. Certaines études montrent que l’écholocation produit des changements dans la structure des cellules et dans le tissu corporel et le son émis par les dauphins stimule la guérison. Il est vérifié qu’une transformation chimique se produit dans le corps humain au contact des dauphins, par contre, on ne sait pas encore exactement comment. Une hypothèse serait que la guérison pourrait être dûe au bonheur que les dauphins procurent avec leur nature joyeuse et compatissante. Toujours est-il que les dauphins semblent bien réveiller le centre émotionnel de l’être humain. Peut-être portent-ils en eux cette connexion à l’universel que beaucoup d’entre nous ont perdu. Les dauphins nous ramènent vers cet état essentiel, fondamental et en cela nous ramène à notre humanité. Les rencontrer créé en nous une ouverture, un nouveau possible en nous invitant à de nouvelles prises de conscience. Il semble que chaque personne trouve dans cette expérience exactement ce qu’elle est venue chercher. Lorsque les dauphins nous « scannent », ils savent exactement quel est notre état intérieur et émotionnel. Lorsque nous sommes en paix, disponibles et ouverts ils viennent à nous. Lorsque nous voulons à tout prix les rencontrer, lorsque nous restons dans nos idées préconçues, nos fausses croyances, rien ne se passe. Si nous sommes à l’écoute, si nous lâchons prise et que nous laissons de côté nos attentes et la tentation d’imposer notre volonté ou notre pouvoir, l’expérience d’une rencontre authentique devient possible. Si notre attitude est juste, l’autre se prête à la rencontre et la relation peut s’établir. La relation avec les dauphins nous permet d’expérimenter l’attitude intérieure juste pour qu’une vraie rencontre se réalise.

L’extraordinaire, c’est ce qu’ils dévoilent en nous. C’est également une magique aventure humaine à laquelle on ne s’attendait peut-être pas … Ce sont les rencontres qui se font entre les personnes, les richesses qui s’échangent, les amitiés qui se créent, les différences qui s’estompent et au final s’apprécient. Nous avons l’impression de vivre cette expérience avec exactement les personnes qu’il nous fallait rencontrer …. les dauphins sont fédérateurs… et médiateurs. À leur contact les humains se rencontrent autrement. Et c’est là que la magie opère … que l’âme agit !

2 – LA RENCONTRE

Comment approcher en conscience et avec respect le dauphin … quelques consignes importantes : nous croyons profondément au bienfait de la rencontre humains-dauphins, pouvoir être parmi eux est une grande chance, il est donc important de respecter un code de conduite, une certaine éthique lorsque nous nageons parmi eux.

Quand ils dorment, faites tout ce qu’il faut pour ne pas les saisir, les réveiller et les importuner :

  • Entrez le plus calmement possible dans l’eau quel que soit votre niveau d’excitation. Laissez vous glisser doucement en goutant d’abord la caresse de l’eau.
  • Sortez du zodiac en vous glissant dans l’eau et non en vous jetant de manière lourde et bruyante.
  • Nagez les bras le long du corps.
  • Ne pas faire de bruit ni de trop grands mouvements avec les palmes.
  • Ne pas descendre vers eux en apnée.
  • Lorsqu’ils s’apprêtent à remonter à la surface pour prendre de l’air, devenez dauphin vous- même, c’est-à-dire, soyez très calme, très discret et fluide dans nos mouvements.
  • Ne pas essayer de les toucher (notre peau est bien plus acide que la leur, et nous sommes porteurs de bactéries). En outre, si vous tendez les bras, vous allez vous même créer la distance, alors que si vous restez calme à les observer, ce sont eux qui viendront vers vous, parfois même très proche.

Quand ils sont réveillés, une réelle interaction peut se créer :

  • Gardez les bras le long du corps, adoptez le style de nage « dauphins », ondulez, et lorsque un dauphin s’approche, il se peut qu’il vous invite à tourner en même temps que lui, au point presque d’en avoir le tournis, une véritable danse aquatique.
  • N’hésitez pas à plonger votre regard dans celui du dauphin. Lorsque le contact visuel se crée, vous aurez l’impression que le dauphin vous scanne, une forte sensation en découle, entre autre celle d’être face à des créatures exceptionnelles dotées d’une intelligence et d’une sensibilité extraordinaire. Ceux qui ont l’occasion d’échanger un regard avec un dauphin témoignent de cette expérience magique et forte.
  • Ne touchez pas les dauphins : c’est sans doute une des règles les plus importantes. Si vous arrivez à intriguer un dauphin ou un groupe de dauphins, ils viendront vous observer, faire quelques tours autour de vous. N’en profitez pas pour essayer de les caresser. Ce sont les dauphins qui initieront, peut-être, un contact. Quoi qu’il en soit, ne prenez pas les devants.
  • Chantez, faites des sons amusants, une belle manière d’attirer à vous ces êtres curieux et de capter leur attention.
  • Entrez en mimétisme avec le dauphin.
  • N’hésitez pas à descendre en apnée pour danser avec eux sous l’eau.

Sataya, la baie des dauphins

Au milieu de la Mer Rouge, dans le sud de l’Egypte aux larges des côtes, Sataya se dévoile comme une grande piscine turquoise au milieu du grand bleu.

Cette ancienne île volcanique s’est transformée, avec le temps, en un magnifique lagon dont la couleur varie du vert d’eau au bleu azur en passant par un bleu plus intense. Un endroit paradisiaque où l’eau y est peu profonde et dans lequel nous sommes protégés par une barrière de corail en forme de matrice et qui s’étend sur +/- 4 kms.

Un havre de paix dans lequel un grand groupe de dauphins a élu domicile. partout dans la baie nous voyons le sable blanc. les profondeurs vont de 50 cm à +/- 20 mètres au plus profond. il y règne une belle et haute énergie et partout dans la baie coraux, poissons, tortues et dauphins y vivent en parfaite harmonie.

Les + de ce voyage

  • Un voyage accessible à  tous (seul, en couple, en famille, entre amis, ....) et unique comme l’est chaque participant
  • Un encadrement professionnel et sécurisant
  • Une expérience magique destinée aux personnes à  la recherche d\'authenticité
  • Un bateau confortable et adapté, des repas copieux, variés et délicieux, le tout dans une ambiance chaleureuse
  • Un capitaine et son équipage tout aussi présent que discret selon les besoins de chacun
  • Une rencontre et un partage inoubliables avec les dauphins en liberté
  • Une variété d\'activités à  bord et dans l\'eau
  • Une faune et flore très diversifiées
  • Un thème spécifique pour aller plus en profondeur de soi en miroir avec les dauphins
  • Un cadre exceptionnel baigné à  l\'infini de turquoise et protégé des vagues par le récif (pas de mal de mer)
  • Une tranquillité absolue pour un dépaysement total

Matériel nécessaire

Dans la valise ?

Nul besoin de se surcharger. Nous passons le plus clair de notre temps en maillot, short et paréo. Pieds nus du début à  la fin du séjour ! Juste prévoir quelques vêtements confortables, un pull léger pour le soir, un essuie de plage, palmes, masque et tuba bien sûr ! Des crèmes solaires et produits pour le corps Bio pour préserver l\'environnement, des lunettes, un chapeau, un bandeau pour les cheveux. Prévoir une lampe de poche et un sac de couchage pour ceux qui veulent dormir sous les étoiles.

 

Au pieds ? Des palmes, que des palmes !

Dès que vous posez un pied sur le bateau, vous enlevez vos chaussures pour toute la semaine. Vos pieds vont adorer être libres et nus, encore et encore. Sauf, bien sûr, les moments où vous vous mettez à  l\'eau pour nager avec les dauphins ou rendre visite aux multiples habitants des récifs; là, les palmes sont préférables !

Matériel aquatique ?

vous faudra prendre votre propre matériel de snorkeling : masque, tuba, palmes. Et pour ceux qui désirent faire de la plongée sous-marine et qui sont détenteur de leur brevet, il est demandé qu’ils apportent avec eux leur propre matériel. N’hésitez pas à apporter des accessoires aquatiques pour jouer ou vous détendre dans l’eau.

Quelles palmes ?

Vous trouverez facilement des kits palmes – masques - tuba bon marché dans de nombreux magasins de sport. Néanmoins, pour quelques dizaines d\'euros supplémentaires, nous vous conseillons vivement de vous munir d\'un équipement adéquat. Pour ce faire,notre partenaire "Nérée", spécialiste du matériel de plongée, vous guidera de manière personnalisée pour vos achats. De nombreux articles pour enfants sont également disponibles. Si vous venez de la part de Turquoise & Améthyste, une ristourne de 10% vous sera accordée.

Quelle combinaison ?

En début et fin de saison (mars – avril – mai – mi-novembre – décembre - janvier) l\'eau est un peu plus fraîche, une combinaison ou « shorty » (combinaison à manches courtes) est donc souhaitable. De juin à novembre, la température de l\'eau grimpe. Une combinaison n\'est pas nécessaire. Dans tous les cas, nous conseillons un t-shirt anti-UV à  mettre dans l\'eau et un bandana pour les non-chevelus :)

Turquoise & Améthyste Turquoise & Améthyste